Au deuxième jour2 mn de lecture

Alors… Si je dois vraiment résumer cette journée, voici :

Trente sept kilomètres de souffrance. Je ne comprends pas pourquoi mes jambes me font aussi mal. Même le GR54 ne m’a pas autant torturé. Bon, sauf quand j’ai perdu les ongles de mes orteils, c’est vrai. Ils repoussaient bien, d’ailleurs : mais dommage, celui du gros orteil droit va retomber, l’hématome fait déjà plus d’un millimètre sous la corne. Quoi d’autre? Mes tendons d’Achille ont doublé de volume. Ouille. Quant aux muscles de mes cuisses, je pourrais tous les dessiner les yeux fermés.

M’enfin! J’ai pourtant l’habitude des longues marches…  Qu’est-ce qui m’arrive? La vieillerie? Un hiver un peu trop sédentaire? Bah! Oublions : la douleur passera. Ou pas. Et quittons Malesherbes au matin.

Chouette tronçon du GR32.

Moulins et lavoirs le long de l’Essonne…

Champs sur un plateau. À la vitesse où je vais, en claudiquant dents serrées, la proposition du panneau m’amuse.

Personne sur le chemin. Des gens dans les hameaux, mais en dehors : seul au monde. Cédons donc au narcissisme contemporain, personne ne le saura.

Autres champs, tandis que le ciel se couvre.

Puis un copain, appâté aux baies de Goji.

Tiens : je suis sur un passage de Compostelle.

Moi, mon pèlerinage, c’est le petit Lu. Demain, j’accroche un biscuit à mon sac. D’autant plus adapté qu’en cas de fringale, va bouffer une coquille, toi.

Ensuite, je débranche mon cerveau. Chaque pas est une douleur. Autant marcher sans plus penser à rien le long par exemple de cette route hypnotique et sans fin.

Puis j’arrive à Pithiviers, enfin, à travers une zup bien peu bucolique après laquelle se trouve l’hôtel.

Le resto est fermé – on est dimanche. Ah. On m’indique un chinois – à deux cents mètres. Ah.

J’y vais en boitant.

Personne hormis la serveuse ainsi qu’un couple non loin de moi. Le type que je ne vois pas dit à sa femme :

– La dernière fois que je me suis pesé, j’étais à 132.

– Oh, ben ça va, le rassure t’elle.

Je ricane dans mes nouilles. Jolie lumière sur le parking au dehors.

Retour à l’hôtel ensuite. Quarante kilomètres demain. Un presque marathon jusqu’à Donnery, avant Orléans. Aïe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *