A propos de l’eau en poudre4 mn de lecture

L’eau en poudre pourrait régler définitivement tous les problèmes des aventuriers en matière d’hydratation. Pourrait. Conditionnel.

Ce qui, dans mon souvenir, était un canular aussi absurde que séduisant, s’avère de nos jours une presque réalité. A priori dingue, non? Voyons cela de plus près.

H20 déshydratée

Adolescent, dans un magazine dont je n’ai pas retrouvé la trace, je me rappelle être un jour tombé sur une fausse publicité à la manière des réclames des années 50, laquelle faisait aussi songer au Catalogue des objets introuvables de Carelman.

C’était absurdement drôle : on y voyait un sachet contenant de l’H20 déshydratée, dont l’article vantait la promesse d’en finir avec les jerrycans volumineux et lourds des expéditions laborieuses. On emportait désormais avec soi plusieurs litres potables en sachets ou en boîtes réduits à rien.

Invention prodigieuse et définitive.

Evidemment, il convenait avant de servir qu’on y rajoutât l’équivalent de la poudre en autant de litres… d’eau.

Un avatar de la lime à épaissir en somme, dont ton site préféré est par ailleurs dûment diplômé. Preuve :

Mais je m’égare, pardon.

J’ai eu beau faire défiler des pages et des pages, je n’ai pas retrouvé cette fausse pub 50’s en costume de poisson d’avril. Le plus approchant, relooké à la mode d’aujourd’hui, reste ceci :

La même blague, toujours.

Et donc : fin du rêve?

Voire.

Ce week-end, en effet, dans le cadre de la préparation de mon périple à venir sur la Petite Seine et en commandant mes repas de cosmonaute sur le site lyophilisé&co,

Je confesse avoir ressenti un début de vertige en découvrant ceci :

Eau potable en sachet

Je ne me tiens pas toujours au courant des dernières avancées scientifiques. De sorte qu’en lisant “Eau potable – en sachet”, j’ai cru que la modernité s’était emparé de la vieille blague et l’avait enfin rendue possible. J’ai donc cliqué sur le lien avec une impatience fébrile.

Pour rapidement m’apercevoir que l’eau en sachet n’était jamais que de l’eau… en sachet.

15 litres d’eau en sachet, certes bourrés de conservateurs et parfaits pour un stockage d’abri antiatomique, pesaient tout de même leurs 15 kilos.

A la recherche de l'eau en poudre

Déçu, j’ai donc effectué quelques rapides requêtes en ligne avec les mots clefs suivants :

L’eau en poudre : canular ou réalité?

Et bien figure-toi que l’eau en poudre existe bel et bien – même si on n’est pas prêt de l’utiliser en randonnée.

Ainsi, sur le site futura science, suis-je suis tombé sur un article dont je recopie un extrait ci-dessous :

“Il s’agit en fait de minuscules gouttelettes d’eau enrobées de silice et qui se présentent comme une poudre ressemblant au sucre. Tout comme l’aérogel qui est constitué principalement d’air, l’eau sèche (dry water en anglais) contient 95% d’eau. On ne doit pas la confondre avec la glace sèche qui, elle, est du gaz carbonique solide.

Andrew Cooper et Ben Carter de l’Université de Liverpool s’intéressent à ce produit depuis quelques années et cherchent à en explorer les diverses applications possibles. Après plusieurs publications sur le sujet, ils pensent que cette substance improbable devrait avoir un avenir brillant.

Ils ont d’abord montré que l’eau sèche pouvait absorber une quantité non négligeable de méthane et donc servir à stocker et transporter du gaz naturel. Le méthane est en général transporté soit après refroidissement à -113 °C, soit sous une pression d’environ 500 bars. Mais il se combine à l’eau sèche à seulement -70°C. Il y a donc là un potentiel à creuser pour l’énergie du futur basée sur le gaz naturel, par exemple pour des véhicules utilisant ce carburant.

Puis les chimistes ont découvert que l’eau sèche pouvait stocker aussi du CO2, jusqu’à 3 fois plus que de l’eau ou de la silice normales. Pour eux, elle constituerait donc un bon moyen pour réaliser des puits à carbone afin de limiter le réchauffement climatique. On pourrait même piéger d’autres gaz gênants libérés par l’industrie.”

Super, donc, pour l’industrie et l’écologie. Mais pour les trekkings autonomes sur l’assoiffante Loire à Vélo : on repassera.

Appel à projet

Je lance donc ici une invitation solennelle aux chimistes du monde entier :

Mesdames, messieurs, la recherche est ouverte pour la mise au point de l’eau lyophilisée. C’est un créneau prometteur et très vendeur. Accessoirement, outre l’allègement du sac des marcheurs occidentaux, cela permettra aussi de donner à boire autre chose que des soupes amibiennes et cholériques à des milliards d’êtres humains. Je garantis le Nobel.

Merci de faire suivre vos candidatures via le formulaire de contact.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *