Quelques accessoires3 mn de lecture

Je te présente ici quelques accessoires dont je ne peux pas me passer et dont le très faible poids n’impacte que modérément ma charge totale.

Avant de t’en parler, toutefois, je ne résiste pas au plaisir de te raconter une anecdote, laquelle démontre que même si je suis un peu avancé dans ma démarche MUL, il me reste encore bien des axes de progrès.

Voici.

Diogène, marchant déjà fort léger, parvint un jour en vue d’une fontaine. Un enfant y buvait à même ses mains, réunies en coupe. Révélation! Notre philosophe bazarda illico son gobelet de bois, tout à la joie de se délester de ce qui lui paraissait désormais accessoire.

Furieusement MUL, non? Je vais relire les Cyniques. Mais en attendant, je te présente ma

Cuvette magique

49 grammes avec sa pochette.

Sa contenance est de 10 litres et elle est auto portante. Elle me sert surtout à laver mon linge en le laissant tremper, mais je l’utilise aussi pour la toilette, parfois, quand l’accès au torrent n’est pas simple ou que j’ai planté ma tente un peu loin d’un lac.

Je sais que certains abonnés du forum randonner-léger, la découvrant, lèveraient ostensiblement les yeux au ciel.

Moi, je la trouve indispensable, même à l’hôtel. La plupart des lavabos, en effet, ne possèdent pas de bonde ou bien cette dernière n’est pas étanche : impossible d’y maintenir un niveau d’eau correct. Quand je la montre sur les bateaux de plongée, lors des croisières, elle suscite toujours un enthousiasme amusé, mais intéressé.

Bon, je sais : Diogène, lui, ne se serait pas lavé. Je sais.

Compléments de modernité

Qui me dépannent bien et dont je ne peux pas non plus me passer.

J’ai testé plusieurs marques de batteries externes : Anker fabrique de loin les plus performantes, en temps de charge, de recharge et en fiabilité. Celle qui figure en noir à droite des accessoires pèse 120 grammes housse incluse, pour une contenance de 5200 mAh qui me permet de recharger deux fois mon téléphone. Traduit en autonomie, cela me donne presque une semaine, en rationnant l’utilisation du portable grâce au mode avion si je ne peux pas accéder au courant. Un dernier détail : cette batterie ne coûte que 12 euros. Si, si.

La prise (française, USB) me sert à recharger mon téléphone autant que la batterie portative ; celle-ci s’utilise avec le cordon noir, le blanc étant celui de l’Iphone. Je range ces trois accessoires dans une pochette de serviette au poids négligeable. Depuis la photo, j’ai remplacé cette simple prise blanche par une double USB qui permet de brancher deux appareils à la fois. 40 grammes, 13 euros, super pratique.

 

Coque étanche de téléphone

Pour protéger mon smartphone qui me sert aussi d’appareil photo, de terminal d’ordinateur et de GPS, j’ai opté pour une coque étanche de chez Lifeproof. Pas simplement imperméable : réellement étanche, y compris à l’immersion jusqu’à six mètres.

Elle est de plus légère, incassable, et fine.

Oui, là aussi, je sais, Diogène, etc.

Lampe frontale

Pendant quelques temps, je n’en ai pas pris. La lampe intégrée du téléphone faisait l’affaire, me disais-je, mais je trouvais ça finalement mal pratique au possible. J’ai donc remis ma petite Tikka de chez Petzl dans le sac, pour 80 grammes de plus. Avec une batterie rechargeable à la place des piles, que je peux donc brancher sur ma batterie externe grâce au même cordon que le reste.

Il me reste un dernier accessoire à te présenter, mais je te laisse le découvrir ici : mon secret pour lutter contre la pluie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *